Plateforme Recherche - Europhilosophie

» Publications et textes en ligne » Vient de paraître » Archives » Réflexion et spéculation. L’idéalisme transcendantal chez Fichte et (...)

Réflexion et spéculation. L’idéalisme transcendantal chez Fichte et Schelling

Alexander Schnell
Réflexion et spéculation. L’idéalisme transcendantal chez Fichte et Schelling

Cet ouvrage introduit d’abord le lecteur aux philosophies de Fichte et de Schelling, deux représentants majeurs (à côté de Hegel) de la philosophie classique allemande. À partir d’une hypothèse d’interprétation originale du sens de l’idéalisme transcendantal chez Kant (réflexion sur le rapport entre le « nécessaire » et le « possible »), l’auteur livre, dans la première partie de l’ouvrage, le sens fondamental de la Doctrine de la Science de Fichte (en s’intéressant tout particulièrement à la version de 1804). La pensée fichtéenne est en effet dominée par un schéma qui traverse toutes les versions différentes de la Doctrine de la Science et qui est analysé en détail (ce dernier pouvant être appelé « schéma ’c-l-e’ », Concept-Lumière-Etre). C’est ce schéma qui concentre à la fois l’essentiel de la philosophie fichtéenne de la connaissance et exprime son interprétation du transcendantal. Cette première analyse est suivie d’une analyse du sens et du statut de la « réalité » chez Fichte. Enfin, le chapitre le plus important de la première partie porte sur la doctrine fichtéenne de l’image.
La deuxième partie se propose d’introduire le lecteur au sens de l’idéalisme transcendantal de Schelling - au-delà de sa propre « philosophie de la nature » et au-delà aussi du débat avec Fichte (même si, bien entendu, il s’agit aussi de clarifier la position de Schelling par rapport à son ami et collègue). Elle livre une interprétation du Système de l’idéalisme transcendantal (1800) de Schelling, texte crucial mais rarement commenté, en se focalisant sur les "trois moments" de l’idéalisme transcendantal que l’auteur met en évidence dans ce premier système de Schelling. Cette interprétation traite en outre de la genèse et l’histoire de la conscience de soi, de la théorie schellingienne de la sensation et de la perception et des notions du temps et de l’espace. Elle éclaire en même temps une source importante de la Phénoménologie de l’esprit de Hegel.
Mais dans la mesure où l’ouvrage exploite et analyse un matériau peu connu et original, il va au-delà d’une simple introduction à la philosophie post-kantienne : il s’adresse en effet à un public intéressé d’une manière générale par la philosophie transcendantale kantienne et post-kantienne autant qu’aux spécialistes de la philosophie allemande. Il a ainsi pour ambition de présenter les philosophies de Fichte et de Schelling en leur quintessence, afin de préparer le débat - attendu depuis presque deux siècles - entre le transcendantalisme (post-)kantien et Hegel et l’hégélianisme.

2009,
coll. « Krisis », Grenoble, J. Millon,
240p.,
25 €
Télécharger la table anlytique des matières

   

Plan du site | | | flux rss image rss